26 nov. 2008

JAPANESE DEMOCRACY : Tizi-Ouzou-Paris-Tokyo

Je vous sens sceptiques. Malgré le fait que vous soyez habitués à mes grands écarts, votre œil vitreux laisse percer le doute sur ce titre aux allures de course aussi épique qu’exotique.
Vous connaissiez Milan-San-Remo ou Liège-Bastogne-Liège, voici TIZI-OUZOU-PARIS-TOKYO !

Mais tout d’abord une image :

Analysons cette photographie si vous le voulez bien.
Un comptoir bien de chez nous où deux personnes boivent des liquides manifestement alcoolisés. L’heure est assez floue, il peut être 9 heures du matin, il est peut-être 17h.
A gauche, un jeune homme d’une coolitude absolue (cheveux en vrac, barbe de 3 semaines, t-shirt April77Records, pendentif de chez Adeline Affre représentant un Bretzel recouvert de faux diamants) sourit franchement, un verre de bière à la main. Nous l’appellerons CoolGuy.
On peut l’imaginer rentrer moyennement frais après une de ces nuits blanches dont il est friand, et dont il a surtout les secrets les mieux gardés du tout-Paris.
A gauche, derrière le comptoir, un tenancier sympathique et manifestement issu de l’immigration maghrébine (comme on dit dans les mémoires de Science-Po) rit de bon cœur.
A une vanne de CoolGuy ? A un truc qui passe a la radio ? On ne sait pas mais peu importe. Pour parler cru, c’est « ambiance fête du slip dans ce rade ».
Mais allons au-delà des apparences.
Que nous dit cette photo, qu’évoque-t-elle au-delà d’une certaine grivoiserie française et rabelaisienne qui nous sied si bien ? Pour ce faire je vais introduire petite à petit des informations sur cette magnifique photo que j’ai eu l’honneur de prendre, avec un appareil acheté d’occasion à un ancien Big Boss du porn-system américain.
Tout d’abord nous notons que le tenancier de bar n’est pas Français de souche (comme on dit dans les mémoires de Science-Po). Le « bon vieux rade » bien de chez nous tenu par un monsieur qui vient, en l’occurrence, de Tizi-Ouzou. Premier retournement-glissement-youpi-tralalala-sémantique (je ne me rappelle plus du terme exact mais ça en revient au même). Le bar en question s’appelle d’ailleurs le TIZI.
Attention : double positionnement post-sémantico-géographique : le bar le TIZI, tenu par un natif de TIzi Ouzou arrivé au début des années 60 en France est situé en plein Marais , et non pas à Barbès comme on pourrait le penser un peu facilement.
Vous ne rêvez pas. Il reste un VRAI putain de troquet authentique (pour parler comme Hector Kanon ) en plein Marais; enfin dans le haut du marais pour les puristes, okay ….)Un endroit où tu as un couscous pour 7 euros, et un menu avec quart de vin pour 9 euros (le prix d’une asperge bio avec son micro-coulis de radis du lavandou, accompagné de son krisprolls rachitique, dans le même quartier). Bref, un oasis de réalité dans un quartier où tout se projette dans l’argent et la sur-représentation permanente (il y a aussi le marché des enfants-rouges qui est sympathique et dans le même goût). Et il se trouve que ce bon vieux TIZI est juste à côté du taf. Pratique pour aller manger autre chose que des sandwiches ou des plats réchauffés de temps à autres. E t puis finalement c’est pratique aussi pour prendre des photos qui finissent en pochette de disque. Pour des japonais.
Vous voyez un peu le cheminement TIZI-OUZOU-PARIS-TOKYO là ?
Car oui in fine cette photo orne la pochette CD d’une compilation musicale qui ne sort qu’au japon. CD qui est vendu AVEC le t-shirt que vous voyez sur la photo (April77Records / Art-Union)
Les détails du tracklisting ici pour pas qu’on dise que ce blog c’est de l’auto-promo permanente.
Alors comme ça au premier abord on pourrait penser que les japonais seraient devenus fous-furieux en voyant la pochette qu’on leur a propos… imposé.
Eh bien non, pas du tout, pour parler comme Bingo Bill . Au début c’est vrai ils ont fait un truc comme « euhhhh maiiiiis yiiishhh hum hum …. » en japonais donc je comprenais pas bien (en plus par e-mail c’étaiot dur de saisir toutes leurs onomatopées)

Mais après j’ai fait péter le discours qui boite, d'une voix très assurée (je suis fort pour faire la voix bien assurée par e-mail :

Vous êtes friands de trucs français ?
Typiquement français ? Eh bien quoi de plus typiquement français qu’un rade tenu par des immigrés algériens qui servent de jeunes chiens fous comme Cool Guy avides de fulgurances nocturnes et d’open-bars décomplexés ? Quoi de plus français qu’une boite où se mêlent juifs, catholiques, américains, anglais et français « de souche » (ce qui ne veut rien dire mais vous m’avez compris) mangeant du couscous à midi ?
Quoi de plus touchant que ce joli t-shirt blanc sur lequel est sérigraphié VINYL VINYL VINYL trois fois en encre gonflante, aux couleurs très précises et très officielles du drapeau national (en CMJN : BLEU 100/70/0/5 BLANC O/O/O/O ROUGE 0/90/86/0), à une époque où il est de bon ton de détester son pays et son drapeau ? Et ce VINYL VINYL VINYL sur une pochette de CD mmmm ? Quintessence du retournement logico-anthropomorphique-linguistico-langagier-conceptuel !!! Accroche-toi Lacan !!!
Merci donc de bien donner votre accord pour cette pochette, cordialement, bien à vous, salutations respectueuses, moshi-moshi-kawaï.
votre dévoué sebdos.

On frôle l’évanouissement dans les milieux autorisés.
Car si l’on va dans le détail du t-shirt on trouve cette explication siognée BigBoss sur le bleu-blanc-rouge, dans le col du t-shirt, qui nous plonge un peu plus dans les abymes du 47° degré.

Vous retiendrez de cette leçon magistrale que : l’œuvre est dans l’œil de celui qui la regarde.
Et qu’avec deux ou trois mots, un radis sur un mœllon au milieu d’un hangar, ça peut avoir du sens, pour peut qu’on donne quelques clefs.

Et que parfois, un coup de flemme, ça peut avoir du bon.
Parce que tout ça là, ça a pas été réfléchi du tout. On était dans le jus. Le Tizi était à côté, c’était mieux que de se prendre en photo dans nos bureaux. Pas de modèle dispo, allez-hop viens voir par là CoolGuy ça sera toi la star.
Et finalement ça fait sens a posteriori. Ça tombe juste bien, des fois.

Il y a sur cette compilation un titre inédit du groupe THE GO .
J’affectionne particulièrement ce groupe aux chansons fraiches et accrocheuses, magnifiquement produites à l'ancienne, dans une atmosphère "sixties R&B" (le R&B sixties, le vrai, pas le machin à trémolos des pouffes qui vont chez Jennyfer), qui … bon, les videos vaudront mieux que de longs discours.
Allez voir leur page myspace THE GO
et allez hop deux videos
The GO - "You Go Bangin' On"



Même CoolGuy est fan (et merci pour le titre énorme, jeune)

8 commentaires:

  1. moi ske je remarque sur la pochette du disque c'est que le demi il sort d'une canette !

    RépondreSupprimer
  2. ce blog c'est de l'autopromotion permanante!

    RépondreSupprimer
  3. oui le demi sort d'une canette car il n'y a pas de pression au TIZIits hein), mais bonjour le tarif super friendly (ah ils peuvent pas etre parfait.
    Je remarque que THE GO vous fait un effet boeuf, si ça continue je parle QUE de GNR sur ce blog ahah !

    RépondreSupprimer
  4. The Go ils t'enfoncent les Beatles.

    RépondreSupprimer
  5. ah si un seul,je decouvre the go mais vu l'ambiance je vous conseille a tous le dernier album de "Panic at the disco" absolument excellent, enfin aux grands fans des beatles....un ptit coté sergent pepper's
    voiloi c'est ma petite contribution

    RépondreSupprimer
  6. blague de burn appart, je surkiffe le dernier oasis que j'écoute en boucle et en boucle et pourtant je suis vraiement pas fan d'oasis normalement. ya un ptit coté revolver des beatles et une pincée de elbow avec du consensuel à la coldplay et le tout pour un rendu parfait a mes yeux.

    RépondreSupprimer