27 mars 2014

Fun fun fun


Si vous vous en foutez de ce que je raconte (et ça peut être totalement légitime) et que vous voulez aller à l'essentiel, c'est à dire vous croire entre 93 et 95 à écouter Fun Radio, allez directement à la playlist qui est tout en bas de ce post.

Quand on tournait avec feu Firecrackers (un jour je foutrai tout sur un bandcamp, promis) , il nous arrivait souvent dans le camion de jouer à se rappeler les tubes de notre adolescence.
Denis (batterie) et Fred (son) étaient assez forts. On n'avait pas de 3G dans le camion, ou quoi que ce soit, et il fallait faire tourner les méninges pour retrouver un air, un titre, ou un quelconque indice.
"Mais siiiii le truc qui faisait nanana-nana-yeah et qui est sorti genre entre le premier single de Snoop Dog et Therapy? ?!? Avec un son de caisse-claire hyper Radio-Campus ?!?Tu vois pas ?".
Indices d'une époque où il y avait encore moins d'Internet (ça balbutiait aux USA) et où les tubes, une fois passés, retombaient rapidement dans l'oubli collectif. Maintenant, on peut retrouver n'importe quelle merde sortie en février 58 en deux coups de clavier, ou les classements de singles semaine par semaine depuis Nefertiti (ou Régine, je sais plus trop).
Bref, à chaque coup ça finissait en se disant que c'était des tubes qu'on avait entendu et/ou qui passaient alors sur, croyez-le ou non : Fun Radio.
Si-si.
Et plus particulièrement dans une émission appelée Lovin'Fun. De, grosso modo, 93 à 95.
Si-si.

Le truc avec le Doc et le Difool, le truc qui affolait le CSA, le truc où des Fabiens suracnéiques appelaient pour raconter leur passion de la masturbation dans de mottes de beurre, où des Stéphanie en mal de sensations racontaient leur phobie de la première mise en bouche, entre deux rires niais de Difool, et le flegme tout anglo-saxon d'un Doc qui devait parfois se demander ce qu'il foutait là.
-"Non Fabien ce n'est pas sale et ce n'est pas grave, mais si tu continues à vouloir ingurgiter régulièrement ton propre sperme, je pense que ça peut vouloir signifier une situation de détresse, ou en tous cas un appel au secours et je t'encourage à aller voir quelqu'un pour en parler."

C'était à la fois marrant et tragique. Un vrai rendez-vous du soir, surtout pour la majorité des ados et jeunes adultes qui comme moi n'avaient pas de télé.
Donc entre un plat de pâtes sans sauce, un bout de tome de chèvre filé par mémé pendant le week-end, et les noix pour le dessert (avec un carreau de chocolat pour faire luxe) c'était toujours Fun Radio en fond sur le poste-radio-cd acheté en 91 grâce à l'argent des vendanges. Poste qui, pour l'anecdote, est maintenant propriété de ma fille, et fonctionne toujours à merveille; pourtant il en a vu des vertes et des pas mûres, a survécu plusieurs Paleo festival, à deux ans au Canada, et à tous les locaux de répétition des mes différents groupes ...
Bref, quand je n'écoutais pas ça sur ce fameux poste dans mon appart' d'étudiant au "confort" ultra-spartiate, j'écoutais ça au péage (sur le même poste qui ne me quittait jamais).

Le péage quoi, je vous jure, avant il y avait des êtres humains qui y travaillaient. Dont moi.
-"Bonjour, 42 francs, merci au revoir".
600 fois par jour.

Parfois il y avait un peu de fantaisie.
France 3 qui vient filmer le passage des corbillards du faux suicide collectif de l'ordre du Temple Solaire, ou Carignon sortir de tôle.
Ca fait pas bézef pour 20 mois passés là bas, j'en conviens.
Deux séances de 10 mois à un an d'intervalle, 20 de suite j'aurais  jamais tenu.
Au mieux, t'avais les reproches de conducteurs débiles, pour des sujets sur lesquels toi, Larbin Première Classe dan ta guérite, tu pouvais pas grande-chose, si ce n'est compatir.
Et donc tu ne disais rien. Surtout que si tu entames une conversation, c'est concert de klaxons dans les 5 secondes qui suivent. Il fallait débiter un client toutes les 6 secondes.
Vas-y, calcule.
Prendre ticket, mettre dans l'appareil, taper le code véhicule (classe 1/2/3 ou 4), encaisser, rendre la monnaie OU FAIRE LA PUTAIN DE FACTURETTE si le truc CB était en panne, ou TOUT NOTER DU CONDUCTEUR (si il a ses papiers) au dos de son chèque en cas de PUTAIN DE CHèQUE. Rendre son truc et dire au-revoir. En 6 secondes.
Donc pas de conversation, tu encaisses et c'est tout.
-Conducteur énervé : "Putain vous faites chiiiiier c'est super mal indiqué pour Lyon résultat je me suis planté putain vous faites chier sans déconner."
-Moi :"Mmmm mmm".

-Autre Conducteur énervé : "Putain vous vous faites pas chiiiiier c'est putain de cher bordel de merde vous êtes vraiment tous des connards !" 
-Moi :"Mmmm mmm".
-Autre Conducteur énervé : "Putain vous faites chiiEEER le bouchon qu'il y avait quoi non mais sans déconner !!!"
-Moi :"Mmmm mmm".

Je ne suis sorti de mes gonds qu'une seule et unique fois. Ce mec avait la palme. Il hurlait, il était rouge, il voulait m'en coller une, ça se voyait. J'avais les cheveux jusqu'au cul à l'époque, ça le faisait pas trop avec tout le monde. Et je ne vous parle même pas des "Bonjour-madame-ah-pardon-j'avais-pas-vu-avec-les-cheveux-ah-ah-ah".
Bref, le gars il l'a vraiment super vénère.
- Super Conducteur Super énervé : "Putain mais c'est super mal déneigé qu'est-ce que vous foutez bordel de merde ?!? Putain sans déconner qu'est-ce que vous foutez ?!?!"
----- DESPITE ALL MY RAGE I AM STILL JUST LIKE A RAT IN A CAGE ---

----- DESPITE ALL MY RAGE I AM STILL JUST LIKE A RAT IN A CAGE ---
----- DESPITE ALL MY RAGE I AM STILL JUST LIKE A RAT IN A CAGE ---
----- DESPITE ALL MY RAGE I AM STILL JUST LIKE A RAT IN A CAGE ---
- "Moi ce que je fous ?!! Bein tu vois là je suis dégouté parce que je viens de rentrer ma paye du mois en 20 minutes (nda: véridique, les sommes que tu brassais en cash en une journée, ça me rendait malade) Et si il y a de la neige sur la route KESSTUVEUX que j'fasse ? Que je sorte de ma guérite pour aller déneiger à la main jusqu'à Lyon ? A pied ? Casse-moi pas les couilles et barre toi ! Si t'as un problème tu vas LA-BAS***  et TU ME LACHES et tu te CASSES parce que ma parole les CONNARDS COMME TOI j'en ai ras-le-cul !!!"
(***en indiquant les bureaux où les responsables se la coulaient quand même assez douce par rapport à nous, et où les équipes techniques enchainaient cafés sur réunions syndicales, le déneigement on verra plus tard).

Je ne dois la vie sauve qu'à l'arrivée d'un des responsables,  qui avait rapidement vu le manège dégénérer, et qui a menacé le gars d'appeler les flics. Le gars était sorti de sa caisse, et était en train d'essayer d'enfoncer la porte de ma guérite à grands coups de pied, alors que j'essayais de trouver ce qui pourrait me servir d'arme pour lui péter sa tronche s'il arrivait à flinguer la porte.
Sous l'air que j'imagine ahuri de tous les autres conducteurs
Le responsable ne m'a rien dit, quedalle. Je n'ai pas eu droit à un "oui, je sais..." ou "non mais calme toi...". Il est juste parti.
On devait être avoir droit à un gros pétage de plomb dans notre convention de travail, ou je sais pas quoi. Moi j'étais persuadé que j'allais être renvoyé manu militari dans la minute, et sans indemnités pour faute grave. Non, lui il ne m'a rien dit et personne n'en a jamais reparlé, personne. Loué sois-tu, j'ai oublié ton nom mais tu gardes une place précieuse dans mon petit cœur.

Quoi qu'il en soit, quand j'étais du soir, c'était Fun Radio souvent, alterné avec du France Musique ou des trucs comme ça, parfois un match de foot, ou quelques CDs emmenés.
Passé 19h30 ça devenait désert, et réviser pour la fac dans la cabine jamais bien pratique ...
Je ne sais plus le nom des émissions qu'il y avait après Lovin Fun mais il y en avait une qui était pas mal. Passé un moment je connaissais la grille par cœur puisque les fréquences de taf' changeaient tous les 15 jours (HYPER PRATIQUE POUR ORGANISER TA VIE) et qu'un semaine de taf' pouvait ressembler à ceci :
- Lundi : 14>16h (super de faire un Gre-Voreppe/RIves/Voiron pour deux heures de taf)
- Mardi : 01(du matin)>9h
- Mercredi : 20>22h (une journée pétée pour deux heures, le truc que je surkiffais)
- Jeudi : OFF (super, c'est jeudi...)
- Vendredi : 11h-15h (re "une journée pétée pour deux heures", pour gagner j'imagine l'équivalent de 15 euros)
-Samedi : 7h-15h
- Dimanche : 02h(du matin)-10h00

Après je me demande pourquoi j'ai gaufré mon agrégation ... BREF.
On s'en foutait, on était jeune on était fou, on était con, la vie nous souriait youpi-tralalala.
Et donc sans qu'on sans rende compte, cette émission à la con allait forger notre Culture. Si-si, la preuve, beaucoup des repères musicaux que les gens de ma génération partagent ont connu le succès (les disques qui passaient à la radio état des disques qui ensuite se VENDAIENT, je sais c'est dur à imaginer, les jeunes) en grande partie grâce à la ligne de programmation de cette radio pendant cette période brève, mais vraiment intense. Je ne parle même pas du nombre de gars qui se sont mis à la gratte à cette période. Double-effet-Kiss-Cool "Fun Radio+Nirvana".
The Breeders , RATM, Urban Dance Squad, Cake, Faith No More, Silverchair, The Verve, BodyCount, Smashing Pumpkins, Nirvana (période In Utero pas spécialement radio-friendly) Beck etc. ...
Ça passait à la radio, dans l'émission la plus populaire d'alors.
Dingue, non ?
Attention il y avait des merdes aussi, comme en témoigne ma playlist (notamment ce fameux "Lemon Tree" de Fool's Garden : une angoisse totale).
Mais quand-même, dans le gros ensemble, c'était pas dégueulasse du tout. Puis ça s'est arrêté, on sait pas trop pourquoi et on n'a jamais cherché.
De totues façons fin 94 je me suis barré au Canada et alors là bas, des bonnes radios, je m'en suis gavé, mais gavé à m'en faire exploser les oreilles et le cerveau.

Après en France, il y a eu Couleur 3, puis bien plus tard on a voulu croire en Le Mouv'.
Hum.
Et depuis de toutes façons, le monde a changé.
Séquence nostalgie (avec fautes de goût totalement assumées) avec la Playlist concoctée pour vous, avec l'aide de Frédéric L. qui tient à rester anonyme, détenant maintenant une place clef dans ce qui reste de l'Industrie Musicale.
APPEL A CONTRIBUTION : si j'ai oublié des trucs évidents, signalez le dans les commentaires et je rajouterai dans la playlist au fur et à mesure !
Si vous êtes sur tablette ou smartphone et que le player ne s'affiche pas là juste en dessous, cliquez sur le lien pour accéder à la playlist

FUN RADIO 93/95 by Sebastien Dos-Santos on Grooveshark

16 commentaires:

  1. Tu as oublié Tripping Daisy !

    RépondreSupprimer
  2. Bodycount - Born Dead

    RépondreSupprimer
  3. Weezer - Undone the Sweater Song !
    Green Day - Basket Case !
    Stiltskin - Inside !

    RépondreSupprimer
  4. MAIS OUI MERCI LAURENT !! (j'avais mis Stiltskin mais zappé les deux autres)

    RépondreSupprimer
  5. L'article était bien jusqu'à "puis bien plus tard on a voulu croire en Le Mouv'."

    ou alors, c'est de l'ultra ironie (rires enregistrés)

    Plus sérieusement, mémoire sélective ou pas, tu oublies un truc très important de Fun Radio à l'époque (seule radio que j'écoutais aussi vu que c'est la seule qu'on captait chez ouam), c'est que la grille musicale était composée à 50% de "bonnes" chansons (cf- ta playlist, je cautionne pas tout, mais pourquoi pas) et 50% de dance-bouse-infame-que-même-maintenant-t'arrives-pas-à-écouter-au-2ème-degré-tout-bourré-en-soirée genre pire que Corona et 2 Unlimited puissance 40 en atrocité (et encore, avec le recul, ça passe, mais 18 fois par heure, c'était horrible)

    Concernant Doc & Difool, l'émission passait basiquement la playlist de la journée et je ne pense pas qu'un des 2 était particulièrement calé en musique. Juste après (22h ?) y avait souvent le fameux Max (actuellement speaker du Stade de France... oui, je sais...) qui se la jouait "techno" (oui je sais) et qui avait décrété assez tôt à qui "mieux mieux" que "Oasis était le plus grand groupe de tous les temps" (oui, je sais), sa playlist était rarement suroriginale par rapport au reste de la journée à quelques toutes petites exceptions près, mais je ne pense pas m'être dit un jour "tiens, jamais entendu ça de ma vie" à part peut-être en electronica est-allemande (et encore).
    Par contre, je profite de l'occasion pour saluer la mémoire de "Arnold" qui animait (entre autres) la tranche 16-19h (grosso merdo) à la même période et qui cumulait les 2 qualités définitives d'être "drôle" (mais genre, drôle pour de vrai, avec du 15ème degré, de l'ironie, du cynisme, de l'humour noir, de répétition, intelligent, acerbe, ado et adulte à la fois, que même aujourd'hui il te ferait encore rire) et qui avait plutôt pas mal de culture musicale, et qui personnellement passait beaucoup beaucoup (beaucoup) de trucs vraiment bien. Donc voilà, où que tu sois, Arnold...

    RépondreSupprimer
  6. "Sappy" de Nirvana, elle est déjà passée à la radio ???? En France ?? Pour de vrai ?? (putain...)

    Par contre "Seether" de Veruca Salt, c'est le genre de chanson/groupe qui m'a fait regretter la non-existence de Shazam 15 ans avant sa création... (genre, le truc que j'ai découvert un million d'années après)

    RépondreSupprimer
  7. Et Pearl Jam ?
    1994, c'est la sortie de Vitalogy !

    RépondreSupprimer
  8. Billy, oui peut etre 50%, à mon avis plus mais bon disons 50%, c'est déjà énorme. Pour le mouv ai pas compris. A l'époque où c'était potable, ça diffusait juste à Paris et dans deux ou trois villes. Ca n'a eu aucun impact générationnel, alors que lovińfun, oui, ça a été parmi les plus grosses audiences radio qu'il y ait jamais eu en France. Sinon oui Sappy passait, et on était dingue. Pour anonyme non, ds période décrite pearl jam n'est jamais passé (ou alors j'ai rippé grave). C'est un des mystères : alors que pearl jam, alice in chains et stone temple pilots cassaient tout auw USA et partout en europe, nous on n'a eu que Soundgarden à la radio. Après on en bouffait à côté, mais désert total sur fun radio alors que c'était carrément raccord avec la prog.

    RépondreSupprimer
  9. Y avait pas Digging the grave de Faith no more ?

    RépondreSupprimer
  10. Pearl Jam a cette epoque on se contentait de Jeremy.

    RépondreSupprimer
  11. Today de Smashing Pumpkins !

    RépondreSupprimer
  12. Je tiens à préciser qu'il y avait du Pearl Jam sur Fun Radio. J'y ai déjà entendu (si ma mémoire ne me trahit pas) : Not for you , Mankind , Hail Hail , et c'est même allé jusqu'à "Wishlist" sur Yield qui passait à mort (aux alentours de 98-99), genre la chanson qui est le moins un single de tous les temps. Je me rappelle une nana qui avait appelé un samedi matin en disant : "putain, c'est trop triste, y a plus de rock comme avant : Nirvana, etc, c'est trop triste, tous ces groupes ont disparu" et l'animateur de lui dire "ah bon, non, Pearl Jam et les Pumpkins viennent de sortir un album et on le diffuse". Je crois que tout s'est arrêté un été où la radio a changé sa ligne éditoriale en 100% dance (été 2001 ? 2002 ?)

    RépondreSupprimer
  13. Tiens! un groupe que j'ecoutais à l'époque et que ton post a soudainement ramené à ma memoire! Blind Melon, notamment la chanson Rain, c'etait tout gentil tout mignon

    RépondreSupprimer
  14. Vous êtes des génies. Même si je vois pas du tout ce qu'est Morphine là à brûle-pourpoint (chanson ? groupe ? Un lien qui fait rêver ?)
    Billy, si t'as entendu ça, c'est APRES la période concernée (ou alors 3 fois entre 4h30 et 6h15 un jour où je bosssais pas, parce que j'en mettrais ma main au feu. TU avais 10 ans en 94 non ? ;-))
    Et Fred, en voyant ton nom je repense aussi à .... "Fuzzy" je crois que tu aimais bien ce groupe GRANT LEE BUFFALO !

    RépondreSupprimer
  15. Ahhh l'époque où il y avait du rock sur Skyrock...

    RépondreSupprimer