3 févr. 2009

Entrevues Inactuelles : BOBBY HARLOW (THE GO)

A Noël j'ai eu trois chouettes livres que j'ai dévorés.

"LENNON REMEMBERS" / John Lennon interviewé par Jann Wenner

Une interview de John à peine un an après la séparation officielle des Beatles. John, pas sympa (comme d'habitude) crache une très, très vilaine bile (comme d'habitude) sur à peu près tout le monde (comme d'habitude) et principalement sur Paul Mc Cartney (comme d'habitude). On s'en serait douté. Mais là il y va vraiment fort, dans un délire quasiment paranoïaque impressionnant, qu'on attribuera à sa cure post-héroïne.
Et que de louanges pour Phil Spector .....qui a pourtant fait de la grosse merde avec les Beatles, et avec Lennon après. Mais voilà, c'est John quoi, faut pas chercher à comprendre.
Intéressant pour le côté psychologique. Musicalement, ou pour se faire une solide culture Beatles, l'interview ne sert pas à grand-chose si vous n'êtes pas une nerd-fan comme moi, qui sait démêler le vrai (ou au moins le probable) du faux (ou au moins de la bile encore fraîche). A la fin, vous avez une sale impression : celle d'avoir à faire à un enfant gâté au caractère de cochon, qui tire dans le dos des copains avec des arguments à faire pâlir un élève de CM1 (si ça s'appelle encore comme ça). Et évidemment, Yoko (qui redevient hype et qu'il est de bon ton d'aduler désormais alors que non, y'a pas moyen, voir plus loin) ramène sa fraise toutes les cinq minutes, pour dire des conneries plus grosse qu'elle (comme d'habitude).
Peu de surprises, donc.
Avantage : il est en français, à la différence de ceux qui suivent..


"ALL YOU NEED IS EARS" / George Martin

En anglais, avec une couverture à coucher dehors (mais qui fait des trucs pareils ???)
George Martin, producteur des Beatles (sauf pour le catastrophique album "Let It Be" mijoté par Phil Spector) nous livre sa version du travail avec les 4 fantastiques.
Sans être mal écrit, le livre est très peu vivant, très long à démarrer. Peu attachant, très distancié; ce qui finalement colle assez au personnage "vieille école anglaise" de Sir George Martin. On s'attendait légitimement à beaucoup plus d'anecdotes crousti-moelleuses pour un gars qui était quand-même aux premières loges. Une semi déception, même si ça reste intéressant. Les seules infos en profondeur sont celle assez détaillées qui concernent les types de contrat (édition, label, management etc.) qui liaient les Beatles à tous leur partenaires (et comme d'habitude on en ressort atterré). Sur le travail créatif et artistique en studio, sur le travaill d'arrangement de de production proprement dit, on reste vraiment sur sa faim.
De bonnes pages sur le rôle et la figure du producteur des années 50 à la fin des années 70 (le livre date de 79), ainsi que sur l'évolution du marché du disque, sur les rôles respectifs et les synergies entre artistes, managers, producteurs, labels etc. Rappelons que l'ami George était aussi boss de Parlophone, qui au départ était une sous-division de EMI dédiée à l'humour !.
A lire donc, mais ne vous attendez pas à d'ultimes révélations sur le travail "purement artistique et technique" avec les Beatles.


"HERE, THERE, and EVERYWHERE (my life recording the Beatles)" / Geoff Emerick

Il y avait la "Bible", "Le Banquet", "La Critique de la Raison Pure", "Crime et Châtiment", "Souvenirs d'un pas Grand-Chose".
Il faudra désormais y rajouter "Here, There & Everywhere (my life recording the Beatles)".
L'histoire folle, passionnante, trépidante, incroyable, rocambolesque, d'un gamin embauché à 16 ans aux studios EMI, et qui pour son premier jour comme "assistant engineer" va participer, à 19 ans (DIX NEUF ANS!) avec George Martin à l'une des plus grandes révolutions de la musique, l'enregistrement de "Tomorrow Never Knows" sur l'album "Revolver", puis à celui de l'album au complet et de tous les autres (à l'exception notable du doubique "Let It Be" et de certaines sessions du "White Album") .

VIDEO sur l'enregistrement de "Tomorrow Never Knows" : à voir absolument !!! (dans le livre, c'est encore beaucoup plus détaillé)

Un live magnifiquement écrit, ou l'histoire personnelle résonne avec la grande. Truffé d'anecdotes de malade mental, avec une précision chirurgicale, passionnant à tout point de vue, voilà un live qui remet du baume au cœur et vous donne envie de ressortir tous les Beatles en 33 tours pour les réécouter avec l'oeil (ou plutot l'oreille) du gars qui était aux manettes. Car c'était lui aux manettes : George Martin arrangeait et conseillait. Mais l'ingé-son qui produisait le son (et faisiat les mix) c'était ce merdeux de 19 ans, qui a même pas 25 ans avait donc derrière lui une carrière à rendre jaloux tous les "engineers" des siècles à venir.
Il y a des soirs où j'ai fini ma lecture à 4h du matin tellement c'était prenant. On ressent tout le stress de ce gamin qui ne comprend pas trop ce qui lui arrive. On sent à quel point il a aimé, détesté, participé, conseillé, essayé, créé. Que vous soyez fans OU PAS des Beatles vous vous devez de lire ce livre.
Que ce soit pour des raison techniques (placements de micros, tables de mixages de l'époque, tout le système analogique jusqu'au détail du gravage des laques !), d'arrangement et d'expérimentations (bandes a l'envers, utilisation des chambres d'écho etc.etc.), de vie en studio, de relations humaines ..... Pour avoir l'avis de ce personnage qui faisait vraiment aprtie intégrante de l'histoire des Beatles et les a donc cotoyé comme peu d'autres personnes (hormis George Martin, Mal Evans & Neil Aspinall) . Pour ressentir la révolution musicale, culturelle, sociale a laquelle il a participé avec entrain et joie. Car il ressort de ce livre comme un grand soleil qui ne s'éteint jamais. Un enthousiasme véritable, une joie de créer dans sa plus simple expression.
Ok, il est en anglais, mais il ne saurait tarder à être traduit, du moins je l'espère. N'étant pas un vrai chroniqueur littéraire je ne saurai vraiment vous dire à quel point, vraiment, ce livre est indispensable.
Accessoirement, Geoff nous rappelle à quel point Yoko était une chieuse (voire une grosse conne) et est bien à 99% à l'origine de la séparation du groupe. Rappelons que pendant les sessions du "White Album", John a imposé sa présence quotidienne et ininterrompue (sans rien demander à personne, c'est John quoi) et que pour celles d'"Abbey Road" il l'a fait installer dans un lit, dans le studio, pendant toute la durée des sessions. Si-si. Même George (Harisson) a pété les plombs le jour où elle lui a bouffé ses biscuits parce qu'elle ne mettait vraiment pas le nez dehors et était collée à leurs basques 24/24). Pour dire comme ça allait loin.
Et que ses sorties sur "beatle" (car Yoko a toujours appelé The Beatles "Beatle" au grand dam de Paul notamment : moyen de prouver qu'elle faisait tout pour que John s'en désolidarise : Les Beatles c'est quatre personne, mais "beatle" c'est une entité impersonnelle) valent leur pesant de cacahuètes faisandées. Retenons-en une : sortir "Revolution9" en face A de single. Intéressant, puisque déjà, un titre de 8 minutes, ça rentre pas sur une face de 45 tours... Mais croyez-moi, en inepties, elle a tout déchiré.
Mais enfin bon, le livre va bien plus loin que ces basses mesquineries. C'est un grand livre.



"CONVERSATIONS with BOBBY HARLOW" / Bobby Harlow interviewé par ma pomme

Et voilà ou j'en arrive avec l'interview de Bobby Harlow, tête pensante et chantante du groupe THE GO, qui est aussi producteur.
A l'écoute de l'impeccable et indispensable album HOWL ON THE HAUNTED BEAT YOU RIDE, puis du single du même nom (qui n'est PAS sur l'album) qui sort ces jours-ci sur APRIL77RECORDS (avec une reprise de Serge Gainsbourg en face B, s'il vous-plait), je me suis dit que Bobby devait être fan des Beatles.


Il y avait quelque chose d'obligé. Ca n'a pas loupé. On a commencé cet interview par e-mail (Bobby est fâché avec msn) et, ô joie : pour Bobby les Beatles, ce n'est pas seulement John, George, Paul & Ringo. C'est aussi George Martin, cinquième Beatles quasi officiel, ET GEOFF EMERICK.
J'ai manqué défaillir. Était-ce un signe du destin ? Voilà que Bobby me chante les louanges de notre adoré Geoff, insistant lourdement sur son rôle majeur, et me citant en référence l'ultime ouvrage de nerd "Recording The Beatles" (dispo seulement en précommande : http://www.recordingthebeatles.com).
Après, c'est parti dans tous les sens. En plus, j'ai trouvé quelqu'un qui n'a pas peur de faire long.
Résultat j'ai tout compilé dans un somptueux (hum hum) pdf disponible ici
(EDIT le site est mort désolé)

J'espère que ça vous plaira.
On y croise Lee Perry, Captain Beefheart , Serge Gainsbourg, Sam Gopal, Giorgio Moroder, Jean Cocteau, Camus, The Pizzaz, Miles Davis, Riton La Mort, Le Dalaï-Lama.... j'en passe et des meilleurs !
"Pas dégueu" comme dirait Serge.
Quelques citations pour vous mettre l'eau à la bouche :
- "Ringo should have been dubbed "the essential Beatle."
- "I told Lemmy that popular music would become centered again and that melody would be integral. Lemmy responded with a gruff, "That's a novel idea.""
- Unfortunately, when I attempt to speak French, I may sound like I've just nearly recovered from a lobotomy.
- “We must continue to celebrate the anomaly.”
- "We exist in a magnetic field. There is no doubt that analog recording is superior."
- "Whenever I've met with record executive types, I've always given the impression that, if they're planning to tell me what to do... we'll have nothing further to discuss."
- "One day, I played an album by The Beatles called Abbey Road. When I finished listening to the first side I had decided that all other music was inferior."
- “If you think of an artist as "original", all that really means is that you're not familiar with his influences.”

Alors, bonne lecture ! (EDIT le site est mort désolé)

et bien sûr, direction la page myspace de THE GO

11 commentaires:

  1. J'ai toujours détesté Yoko (allez savoir pourquoi....), je peux pas saqué cette espece de ... Mais ces livres ont l'air intéréssant, si ils sont traduits je les lirai peut etre.
    Elsa

    RépondreSupprimer
  2. vraiment cool merci, je vais vite me renseigner sur the go

    RépondreSupprimer
  3. Attention mon Seb, ton blog est en train de de devenir INCONTOURNABLE.
    Bientôt autour d'une bière ?

    RépondreSupprimer
  4. Attention mon Norman, la bière avec toi devient INCONTOURNABLE.
    Jeudi prochain ?

    RépondreSupprimer
  5. rendons tout de même hommage a Norman Smith qui fut l'engineer des beatles avant revolver (et a quand meme a son actif des perles comme "rubber soul" en plus d'avoir découvert pink floyd !), et qui est décédé l'année derniere
    http://www.nytimes.com/2008/03/07/arts/music/07smith.html

    RépondreSupprimer
  6. les beatles je connais.... the go putain mais dou tu sors ces groupes dont jai jamais entendu parler? putain et franchement je prefere ecouter les originaux que de sales copieurs merdiques!!!
    s'inspirer des beatles c'est une chose que je peux comprendre, se prendre pour les beatles c'est pitoyable............la coupe de cheveux de bobby peté de rire

    RépondreSupprimer
  7. je pense pas que Bobby & THE GO veuillent copier les Beatles, ni qu'ils se "prennent pour eux". Si tu écoutes bien les chansons et leurs albums tu verras que c'est peut etre influencé, mais pas copié (à mon humble avis). Pour ce qui est des coupes de cheveux, j'aime autant pas rentrer dans le débat parce que je vois pas bien le rapport direct avec le talent musical.
    Pour ce qui est de groupes "dont tu n'as jamais entendu parler" ça veut dire que c'est pas bien par principe ? Il y a plein de bons groupes inconnus sur terre tu sais, enfin c'est mon opinion.

    RépondreSupprimer
  8. jai parcouru le pdf de linterview, chercher a sonner comme au bon vieux temps du rock n roll, en analogique je presume ,faire du vintage me semble tout aussi inconcevable, essaye de rouler en deuch, ou en R16, c'est pareil...alors oui pour se referer au passé mais etre nostalgique d'une periode revolue en tous points, c'est pas comme ça que le schmilblick peut avancer.....
    pour qui est de bien ecouter ben cest ca le pb ca sonne tellement has been et deja entendu , que je decroche au bout de 15 secondes et franchement je prefere passer 5 heures à decortiquer les albums des beatles qui sonnent modernes malgré le fait qu'ils aient eté enregistré il y a de cela 35 ans,je te parle pas meme pas de la richesse des arrangements et des couleurs , que de perdre mon temps a ecouter un truc out of order
    pour ce qui est des groupes inconnus,
    c'est juste que je ne vois pas linteret de parler de the Go alors que tant d'autres meritent doublement qu'on s'y interesse mais ce n'est que mon avis de merde, on est bien d'accord

    RépondreSupprimer
  9. Mais ton avis n'est pas de merde, boule de pue. Je posais juste une question
    Mais avoue que j'ai le droit de m'intéresser à ce que je veux e0t de parler de ce que je veux sur mon blog.

    RépondreSupprimer
  10. note aussi qu'une partie de ce post consiste à parler de livres SUR les Beatles, ce qui peut t'intéresser, donc. Note aussi que THE GO a enregistré son dernier album sur un 8 pistes pas analogique pour 2 balles, donc le souçi n'est pas là du tout je crois.

    RépondreSupprimer
  11. Boule de pue calmée11 février 2009 à 00:02

    excellent et je vais me ruer sur les boukins des beatles, et puis mes plus plates excuses je te dois:
    jai eu une journée de merde, mais vraiment de merde et je crois que jai démarré un peu sekos!!!!
    tu as effectivement le droit de parler de qui tu veux,comme tu veux, ce qui m'a géné cest le rapport entre the go et the beatles, pour moi entre un groupe hypra commu et reconnu et un autre obscur, ou connu que des initiés visiblement ,qui marche quand meme dans l'ombre des beatles, je trouve!!!!!!!
    apres c'est aussi un pretexte d'engager la discut, et si on avait des avis identiques cette discussion n'aurait aucun interet...
    et maladroitement meme si cela na rien avoir avec la choucroute, j'essayais d'expliquer que pour moi c'est une heresie, de courir apres le vintage absoluement, et qu'un groupe en 2008 lorgne dans le retro, en bavant sur du matos prehistorique, ca me glace les sangs...
    alors chercher a reproduire le son des années 70, putain!!!!!je capte pas!!!!
    quand tu reecoutes certains albums mythiques et que tu entends le son je vois pas l'interet:essayes ziggy stardust de bowie, les premiers iggy pop, pire encore MC5.....meme certains disks des beatles en l'occurence...... si cest juste par nostalgie entendre les craquements du 33 tours quand tu mets le diamant sur la galette!!!!bah je te fais ca en numérique finger in the noise

    RépondreSupprimer